Tout savoir sur la grossesse molaire

Une grossesse molaire, ou môle hydatiforme, est une pathologie rare qui survient au début de la grossesse et conduit à son interruption. Ces grossesses sont plus fréquentes dans les pays en développement. Elle peut survenir lorsqu’il y a un déséquilibre entre le nombre de chromosomes maternels et paternels.

La grossesse molaire : c’est quoi ?

 Une grossesse molaire est causée par une anomalie lors de la fécondation qui provoque un développement anormal du placenta. Il existe deux types de grossesses molaires, les voici : 

Lire également : Comment cultiver des herbes aromatiques à la maison ?

  • Grossesse molaire complète : le produit de cette grossesse ne contient pas d’embryon, mais seulement un placenta, qui se développe sous forme de kystes multiple
  • Grossesse molaire partielle : l’embryon est présent, mais non viable et le placenta se développe anormalement.

Dans les deux cas, l’ovule ne possède pas le matériel génétique complet, la grossesse est donc vouée à l’échec. Pour vous informer davantage, cliquez maintenant.

Quelles sont les raisons de la grossesse molaire ? 

 La grossesse molaire peut être causée par :

Sujet a lire : Comment mettre en place un système de vélos partagés dans les petites villes ?

  • L’âge maternel : une grossesse précoce (avant 16 ans) ou une grossesse tardive (après 40 ans) augmente le risque de grossesse molaire
  • Un ou plusieurs avortements antérieurs
  • Un manque de vitamine A dont le régime favorise une môle hydatiforme complète
  • Stimulation du citrate de clomifène : la stimulation de l’ovulation avec le citrate de clomifène chez les femmes infertiles augmente le risque de grossesse extra-utérine

Reconnaître les symptômes d’une grossesse molaire

Une grossesse molaire est parfois découverte par hasard lors d’une échographie. Ses symptômes sont généralement similaires à ceux d’une grossesse pendant le premier trimestre, mais plus prononcée :

  • Vomissements sévères
  • Nausées
  • Saignements abondants provoquant une anémie
  • Agrandissement de l’utérus dû à un développement anormal du placenta

Autant de signes qui ne signifient pas qu’il s’agit d’une boule à la joue, mais qui doivent conduire à une consultation. La seule façon de confirmer le diagnostic est de faire une échographie, où les grains de beauté entiers sont clairement visibles, les grains de beauté partiels sont plus difficiles à détecter. Un test sanguin montre également un niveau beaucoup plus élevé que la normale de bêta-hcg.

Les traitements d’une grossesse molaire 

Une môle hydatiforme est une anomalie de grossesse identique à une tumeur bénigne. Pour éviter la propagation de la maladie, la môle doit être complètement enlevée. Le traitement consiste en une évacuation du produit de grossesse par curetage sous anesthésie générale. Le curetage est une intervention chirurgicale pratiquée par un obstétricien-gynécologue, au cours de laquelle le contenu de l’utérus est aspiré après un avortement ou un ovule clair. L’opération, qui se déroule généralement en ambulatoire et sous anesthésie générale, dure en moyenne 30 minutes. 

 Le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) recommande après chirurgie :

  • Après 15 jours, une échographie pelvienne pour confirmer l’absence de rétention orale. En cas de rétention, une autre procédure doit être effectuée.
  • Contrôle hebdomadaire du taux de ßhcg jusqu’à l’obtention de trois tests négatifs consécutifs
  • Un dosage mensuel pendant 6 mois pour la môle hydatiforme partielle et 12 mois pour la môle hydatiforme complète.

Copyright 2024. Tous Droits Réservés